Diagnostiquer l’autisme, prise en charge et méthodes éducatives

Diagnostiquer l’autisme, prise en charge et méthodes éducatives

L’autisme est un trouble du développement, à ce jour il n’existe aucun moyen objectif ni marqueur biologique (pas de tests sanguin, radiographiques, …) pour diagnostiquer l’autisme. Le diagnostic est clinique, il est basé sur l’analyse qualitative des altérations de la communication et des interactions sociales et du caractère restreint, répétitif et stéréotypé du comportement, des intérêts et des activités.

La démarche diagnostic s’appuie sur l’établissement d’un diagnostic nosologique qui permet de donner un nom au trouble présenté par la personne, une évaluation fonctionnelle individualisée qui comprend un examen psychologique, un examen du langage et de la communication et un examen du développement psychomoteur et sensorimoteur. Les troubles autistiques peuvent être isolés ou associés, des examens complémentaires sont très importants pour la Recherche de pathologies associées.

Toute une équipe de professionnels avec des compétences particulières dans le domaine de l’évaluation peut poser un diagnostic. Cette équipe pluridisciplinaire doit être supervisé par un médecin spécialiste (psychiatre ou neuropédiatre).

Le diagnostic doit obligatoirement comprendre un bilan-diagnostic avec un psychologue ou un psychiatre, un bilan orthophonique et un bilan psychomoteur. Un examen neurologique est effectué afin de détecter une éventuelle épilepsie associée. D’autres examens complémentaires peuvent être effectués comme l’IRM pour rechercher des anomalies visibles du cerveau et une enquête génétique pour dépister certaines affections génétiques connues pouvant entrainer un trouble envahissant du développement.

Après avoir fait la synthèse de tous ces éléments et en s’appuyant sur ses propres observations, le spécialiste peut délivrer un diagnostic, qui doit être posé selon la nomenclature internationale de l’OMS.

Obtenir un diagnostic le plus précis possible permet aux parents ainsi qu’aux personnes atteintes d’apporter des réponses à leurs questions et faciliter la mise en place de prises en charges spécifiques.

L’objectif de l’évaluation fonctionnelle est de préciser les capacités et les difficultés de chaque personne dans les différents domaines évalués. Ces évaluations permettent de suivre l’évolution de la personne et d’adapter constamment la prise en charge dans le cadre d’un projet individualisé.

Bien qu’il n’existe à ce jour aucun traitement capable de guérir l’autisme, plusieurs thérapies et interventions permettent d’atténuer les symptômes et d’améliorer les apprentissages. Même s’il n’est jamais trop tard pour intervenir et qu’une personne autiste peut continuer de progresser toute sa vie, y compris à l’âge adulte, une intervention précoce est reconnue, elle donne de meilleures chances de développer le potentiel et apporter une différence significative dans la vie des personnes atteintes.

La prise en charge doit être suffisamment intensive et individualisée, adaptée aux particularités de chaque personne et régulièrement réévaluée en fonction de l’évolution. Elle est axée sur trois volets :

  • Educatif dont l’objectif est l’autonomie du sujet
  • Pédagogique avec pour objectif les apprentissages
  • Thérapeutique qui repose sur la santé mentale et physique.

Des traitements médicamenteux peuvent être prescrits, mais il faut noter qu’ils ne guérissent pas la cause de l’autisme mais visent à réduire certains symptômes comme les troubles du sommeil, l’anxiété, l’agitation ou certains stéréotypes et rituels envahissants.

Les approches éducatives apportent le plus de soutien, d’aide pratique et de résultats sur l’évolution des personnes autistes, telles que :

  • ABA : aussi connue sous les noms d’Apprentissage par essais distincts ou méthode Lovaas, dont l’objectif est l’apprentissage de gestes simples, être attentif et autonome, imiter, développer le langage.
  • TEACCH : cette méthode consiste à proposer à l’enfant autiste un environnement structuré et très cadré, avec des repères temporels et visuels, son objectif est de fournir des stratégies pour soutenir la personne durant toute sa vie. Favoriser l’autonomie à tous les niveaux de fonctionnement. S’adapte aux besoins individuels des personnes autistes.
  • PECS : elle permet de communiquer à l’aide d’images et aide à une interaction communicative de manière spontanée et permet de développer des compétences pour la communication.
  • GREENSPAN :  Elle repose sur le degré de développement, la différence individuelle et l’interaction. Elle aider à gravir les échelons du développement et a pour objectif le développement émotionnel et les interactions personnelles.
  • INTÉGRATION : Elle permet éduquer autant que possible les individus avec des incapacités dans des classes et des milieux d’enfants et de gens normaux.
  • SCÉNARIOS SOCIAUX : cette méthode permet de définir et clarifier les attentes sociales chez les personnes atteintes d’un trouble du spectre autistique, à cerner les problèmes et à fournir un guide de conduite et des outils de gestion personnelle pour les situations sociales auxquelles les personnes autistes auront éventuellement à faire face.

ABA : Apprentissage par essais distincts, Intensive Behavior Intervention (IBI) ou Applied Behavior Analysis (ABA) ou méthode Lovaas.

TEACCH : Treatment and Education of Autistic and related Communication handicapped Children.

PECS : Picture Exchange Communication System.

GREENSPAN : Également connue sous le nom de Floor-Time, ou le modèle DIR (Developmental Individual-Difference.

SCÉNARIOS SOCIAUX : Méthode appelée également histoires sociales. Développée initialement par Carol Gray en 1991.